Bitcoin : après 10 années folles, quel avenir pour les crypto-monnaies ?

Deux ans après sa création, 10 000 bitcoins suffisaient à peine pour acheter quelques pizzas à emporter. Aujourd’hui, ces bitcoins valent près de 38 millions de dollars. Depuis sa création, la monnaie numérique a été au centre de l’une des plus grandes bulles économiques de l’histoire financière.

Depuis sa naissance le 3 janvier 2009, le Bitcoin à connu une croissance exponentielle qui parait irréelle. Créée comme une monnaie numérique pour contourner l’industrie de la finance traditionnelle en utilisant un code crypté, il a fallu attendre mai 2010 pour que le premier achat rapporté en bitcoin ait lieu : une commande de deux pizzas d’une valeur de 30 dollars pour 10 000 bitcoins.

Depuis, le bitcoin est synonyme, pour les économistes, d’une bulle financière, établissant des parallèles avec la folie des tulipes hollandaise de 1637. Plus littéralement sa capacité à faire perdre des millions de dollars aux investisseurs.

Depuis sa création, il a bondi de plus de 1 000%, gagnant parfois 2 500 dollars en une seule journée, pour s’établir à près de 20 000 dollars juste avant Noël 2017. Mais la monnaie numérique s’est ensuite effondrée au cours de l’année dernière et ne représente, à l’heure ou j’écris ces lignes 3 780 dollars. Investissements à la baisse …

Nouriel Roubini, l’un des rares économistes à avoir prédit le krach financier de 2008 et ancien conseiller économique de la Maison Blanche, est l’un des critiques les plus virulents de Bitcoin. Il surnomme le bitcoin “mère de toutes les bulles”.

Malgré les avertissements prudents des économistes traditionnels et de l’industrie financière qualifiant Bitcoin d’outil pour les fraudeurs, les escrocs et les terroristes (monnaie d’échange très utilisée sur le darknet), il existe encore une légion d’admirateurs de la crypto-monnaie, complétée d’une industrie en ligne composée de sites Web d’informations, de blogs et de podcasts.

La monnaie numérique lancée n’était pas seulement une opportunité pour les investisseurs de gagner des millions. La technologie sous-jacente a enthousiasmé les entreprises, tandis que la croissance des crypto-monnaies promettait un autre avenir à ses fans, en dehors du système financier traditionnel.

Le message de son créateur (une personne inconnue ou un groupe de personnes dénommé Satoshi Nakamoto) était clair: le bitcoin existerait en dehors d’un système qui avait mal échoué et dont on ne pouvait plus se fier.

L’idée, venue tout droit de l’école d’économie autrichienne, complétée d’une pincée d’anarchisme de gauche, offrait, en plus d’une liberté individuelle renforcée, un moyen d’éviter la saisie du gouvernement, tout en évitant le pouvoir des entreprises et le système bancaire.

La naissance de la monnaie numérique a marqué un retour à l’argent privé, initié au tout début du développement économique occidental. Parallèle illustré par les les banques sauvages du milieu du XIXe siècle. Durant le développement vers l’Ouest des États-Unis,, les sociétés de chemin de fer construisaient leurs propres billets.

Des cryptos réglementées ?

Comme pour l’âge de l’argent privé, qui a conduit les gouvernements à créer des monopoles sur la monnaie sous les auspices du système de banque centrale, afin de gagner le contrôle de l’État et de protéger les consommateurs des entreprises et des individus incapables de rembourser les détenteurs de leurs billets, le bitcoin semble se diriger vers un avenir plus étroitement réglementé.

Par exemple, le gouvernement britannique est sur le point de donner de nouveaux pouvoirs sur les monnaies numériques à la FCA, l’instance de régulation du secteur financier britannique, après que les députés aient averti qu’elle et d’autres crypto-monnaies exposaient les consommateurs à divers risques. Les banques centrales, dont la Banque Centrale Européenne, étudient les crypto-monnaies, alors que certains pays ont cherché à en créer.

Malgré la perte de quelques millions de dollars d’investisseurs, le boom du bitcoin a également attiré l’attention sur sa technologie sous-jacente, la blockchain, qui peut être utilisée pour révolutionner la manière dont les entreprises traitent les paiements ou transfèrent les informations. Les dirigeants d’entreprises se demandent de plus en plus comment ils peuvent utiliser les technologies de la blockchain.

On craint toutefois que la vague d’investisseurs institutionnels qui se sont précipités pour acheter des crypto-monnaies l’année dernière se dissolve lentement.

Quant à la valeur réelle du bitcoin, les incertitudes demeurent. John McAfee, le fondateur de la société de sécurité logicielle, a estimé qu’il atteindrait 500 000 dollars d’ici la fin de 2020. Les jumeaux de Winklevoss, qui ont investi des sommes importantes dans le bitcoin, ont affirmé qu’il pourrait égaler la valeur de l’or.

Leave a comment